L’après Cinéfeel : Ciné Passion

Même si Cinéfeel n’évoluera plus par manque de temps, ma passion pour le 7ème art reste totalement intact.

C’est pourquoi,  je vais quand même continuer à partager mes impressions sur toutes mes découvertes cinématographiques via un nouveau blog plus minimaliste, plus épuré et intitulé Ciné Passion. Celui-ci est déjà en ligne; pour le découvrir, cliquez ici ou en cliquant ci-dessous sur le logo Cinépassion.

cinepassion

Patrick

Meilleurs Voeux pour 2014 et édito de fermeture de Cinéfeel

A l’aube de la nouvelle année, Cinéfeel vous souhaite tous ses meilleurs vœux pour 2014; qu’elle vous apporte tous vos désirs, vos aspirations, vos rêves, et bien entendu un éventail d’œuvres cinématographiques qui vous procurera du plaisir, du divertissement, de la détente, de l’émotion et aussi une part de réflexion.

Concernant le site Cinéfeel en lui-même, malheureusement à partir de ce jour, celui-ci ne sera plus développé mais restera en ligne avec son contenu actuel.

Pourquoi me direz-vous ? Tout simplement deux raisons essentielles : un manque de temps suite à une orientation vers ma seconde passion (la photographie) et une certaine lassitude dans sa rédaction nécessitant un minimum d’implication.

Merci à vous tous d’avoir suivi mes pages et surtout aux auteurs-contributeurs pour leur excellente participation durant ces 3 années passées.

Continuez à profiter de ce 7ème art si magique.

Patrick

Joyeux Noël et Excellentes Fêtes de fin d’année

Cinéfeel et l’ensemble de la rédaction vous souhaite

Un joyeux Noël et d’excellentes fêtes de fin d’année

Après L’Etrange Noël de monsieur Jack en 2012 pour illustrer cinématographiquement cette période si magique de Noël, place cette année à l’une des plus belles comédies romantiques, Love Actually… Nous imaginons que vous serez certainement nombreux à la redécouvrir une énième fois, avec toujours autant de plaisir et d’émotion.

loveactualy

« Suzanne », un magnifique portrait de femme à ne pas manquer

suzanne

Toujours dans le cadre des films à ne pas négliger face à l’énorme armada des titres de Noël et de fin d’année, Suzanne, la nouvelle œuvre de Katell Quillévéré (Un poison violent), sortie mercredi, se présente franchement comme le film Outsider de la semaine. Que ce soit la presse ou le public, les critiques sont globalement très enthousiastes face à ce magnifique portrait de femme visiblement interprété magistralement par une sublime Sarah Forestier qui confirmerait à nouveau son statut d’actrice majeure dans le paysage du cinéma français. De même, dans les personnages principaux, on pourra y découvrir un excellent François Damiens dans un rôle contre-emploi. Enfin, au vu de la bande-annonce ci-dessous, aucun doute possible, Suzanne mérite d’être découverte si celle-ci est proposée dans une salle près de chez vous.

Ultra HD : Second verdict (avec le téléviseur Sony KD55X9005)

Pour ce second verdict sur l’Ultra Haute Définition, Cinéfeel a réalisé cette fois-ci le test avec le téléviseur LCD (rétroéclairage LED) Sony KD55X9005 Ultra HD 3D intégré dans une configuration HC au domicile d’un passionné et confrère, Le Loup céleste que je tiens à remercier pour sa démonstration.

Avant d’aborder l’aspect de l’image fournie par ce téléviseur Sony et surtout sa mise à l’échelle en 4K de nos chers blu-rays (à défaut pour l’instant de programmes dans la nouvelle résolution), deux remarques à noter : tout d’abord l’aspect physique du produit, clairement ce TV en impose au niveau design avec ses haut-parleurs latéraux qui choquent certains mais que je trouve esthétiques. Par contre, je rebondis de suite sur la qualité sonore de ce diffuseur, elle est absolument remarquable et inédite pour un écran plat ; la seconde remarque concerne son positionnement par rapport au canapé, dans ce cadre précis, nous sommes installés à 1.50 m de l’écran expliquant l’une des motivations principales d’acquisition de ce TV par son propriétaire qui souhaitait bénéficier d’une taille imposante sans déceler les pixels et établir un équilibre parfait entre le son et l’image sans que l’un noie l’autre. Sur ce plan là, le pari est réussi, il en résulte une réelle sensation d’immersion dans un film ou un concert.

A présent, place au verdict technique sur le rendu visuel : incontestablement, le surcroit de définition en upscaling de nos blu-rays actuels, tout en conservant une certaine douceur de l’image, est un gain qualitatif probant, surtout en étant aussi proche. Par contre, avec un recul plus important (testé sur place), la différence sera moins notable hormis une plus grande finesse de l’image. Sinon, au delà de la définition elle-même, on pourra souligner d’autres aspects positifs de ce téléviseur :
– par moments sur certaines scènes, le piqué de l’image offre un relief étonnant avec une impression de 2.5D.
– la densité des noirs est très ample.
– enfin la 3D très précise est particulièrement bluffante et spectaculaire surtout en étant si proche.

Toutefois, une petite remarque sur le plan des réglages lors de cette démo : à mon avis strictement personnel, ces derniers étaient très légèrement poussifs sur le contraste et sur la netteté, avec occasionnellement un sentiment de « brillance » parfois gênante sur certains plans.

Avant de conclure ce verdict, Le Loup Céleste m’a diffusé quelques photos et quelques courtes scènes (malheureusement trop compressées) en Ultra Haute Définition issues de Youtube et là on peut le dire royalement : on atteint une autre dimension, celle d’un niveau de piqué stupéfiant, insondable, il faut le voir pour le croire et du coup, on ne peut qu’être frustré de ne pas disposer de programmes TV ou de galettes UHD.

En attendant 2015 au mieux et la commercialisation des premiers BLurays en 4K, il faut bien reconnaitre que cet écran Sony (ou dans d’autres marques) saura combler de nombreux passionnés de HC ne bénéficiant pas d’un recul important et désirant bénéficier d’une grande image sans visualiser les pixels. Pour les autres n’ayant pas de contrainte de placement de leur écran avec un recul « classique » ou « éloigné », même si l’on gagne en finesse d’image, il sera plus sage de patienter et d’attendre les futurs écrans Oled et Courbes qui seront peut-être proposés avec des diagonales d’écran plus amples (+ de 1.80m) … et à des prix raisonnables, espérons-le.

Blu-rays utilisés pour ce test : Chasing Mavericks, Terminator Renaissance, Drive, Sin City, Total Recall Mémoires programmées, Le voyage extraordinaire de Samy (pour l’aspect 3D).

Descriptif et visuel de l’installation du Loup Céleste ici.

La Scandinavie et son 7ème art

affichesfilms_scandinavie

Si l’on connait bien la Scandinavie pour ses fjords en Norvège, ses ex-groupes Abba et A-ha, son avancée sociale bien connue et aussi son Père Noël, ces contrées nordiques sont également des terres d’un 7ème art assez méconnu ou/et  ignoré des cinéphiles et produisant des œuvres cinématographiques particulièrement intéressantes ; d’ailleurs, si vous suivez Cinéfeel depuis un petit temps, vous aurez pu constater ma sensibilité très positive à l’égard de ce cinéma nordique que je continue à suivre attentivement. Concours de circonstances, ce mois-ci, ayant vu il y a quelques jours, Oslo, 31 août, un film norvégien et devant voir aussi sous peu deux longs métrages danois, Hijacking et Northwest, c’est tout simplement l’occasion parfaite pour vous proposer très prochainement un article spécialement dédié à ce 7ème art scandinave de qualité avec les critiques de ces trois films récents (2012 pour le premier et 2013 pour les deux autres). En attendant sa mise en ligne, je vous propose de découvrir ci-dessous la bande-annonce de ces 3 œuvres.

 

 

« Henri », le nouveau long métrage de Yolande Moreau

henri

Toujours dans le registre des films moins attendus, moins commerciaux que l’avalanche des titres de fin d’année, on pourra se laisser séduire par Henri, une chronique empreinte de tendresse, de liberté et de poésie, réalisée par la cinéaste belge Yolande Moreau. Ce long métrage, présenté au dernier festival de Cannes dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs et sorti en salles mercredi dernier, bénéficie globalement d’un bon accueil de la presse et du public au vu des critiques présentes sur le site Allociné. La vision de la bande-annonce visible ci-dessous me conforte également qu’Henri est certainement une petite perle de délicatesse méritant d’être découverte.

« Le Géant égoïste », un film choc et social

legeantegoiste

Le 18 décembre, à quelques jours de Noël, apparaîtra sur les écrans français, Le Géant égoïste,  un film présenté à La Quinzaine des réalisateurs au dernier festival de Cannes et signé par la jeune réalisatrice Clio Barnard. Dans la lignée des films de Ken Loach ou d’Andrea Arnold, la cinéaste anglaise nous montre l’Angleterre pauvre, sale et poussiéreuse qui nous est de plus en plus présentée au cinéma. Pourtant, ayant déjà vu ce film (la critique est disponible ici sur Cinefeel), j’ai pu contasté qu’il ne s’agit pas d’une réédit, comme on pourrait le croire, mais bien d’une œuvre  choc et très poignante dont on se souvient, d’autant plus que la mise en scène par cette réalisatrice anglaise prometteuse est soignée. A ne pas manquer donc, pour se rendre compte à quelques jours des fêtes de fin d’année qu’il y a des enfants chez qui le Père Noël ne passe pas.

Ci-dessous la bande-annonce.